Produire et diffuser du contenu

L’image est partout. Il faut dire, la bougresse est séduisante et elle nous ferait gober n’importe quoi. Mais pourquoi cette image nous séduit-elle autant ? Pour approfondir la question, je vous invite à consulter l’excellent livre de Jerry Von Gluckhenheimer : l’histoire est naze, mais les images sont belles. Disons que notre vue est un sens qui nous a pas mal servi pour chasser le mammouth et qu’aujourd’hui il reste important pour la perception de notre environnement. Enfin, ça, c’est ce que nous pensons, mais en réalité, il y en a autre chose, juste à côté, qui se marie très bien avec l’image, vous le voyez venir n’est-ce pas ? le son.

Le son, c’est ce copain sympa qui traine avec tout le monde dans la soirée, celui auquel on ne fait même plus attention, sauf que quand il est de mauvais poil ou qu’il s’en va, la soirée prend un sérieux coup dans l’aile. Le son, parlons maintenant d’audio, c’est le socle autour duquel gravitera toute votre production.

L’exemple du Facebook Liiiiive ! lancé par Lulu33 pendant un concert de Indochine

Son smartphone est récent, Lulu33 est dans la fosse et ne zoome pas, donc l’image tient à peu près la route. Sauf que, pas de bol, Lulu33 est juste devant la scène et se prend en permanence 237 décibels dans les oreilles. Les micros du smartphone souffrent autant que notre fan et au final le son est quasi inaudible dès que ça pousse un peu dans les morceaux, au point de ne franchement plus reconnaitre quels morceaux sont joués. Conclusion : Les amis de lulu33 décident de l’abandonner, sa famille la rejette et son chien lui mord le mollet. À la suite de quoi, Lulu33 efface la vidéo de sa page Facebook et décide de consacrer 3 nuits par semaine jusqu’au prochain concert pour faire pénitence. Et aussi d’acheter un vrai micro à brancher sur son smartphone. Parce que si rajouter une lentille sur l’objectif ne peut pas améliorer la prise de vue, au mieux changer la focale, changer le micro peut considérablement changer la donne.

Le son c’est bon pour la santé

« Quand le son n’est pas bon, il donne des boutons ! » Karl Marx de La Villardière – Bangkok, 2 août 1985

C’est d’ailleurs devenu le premier conseil des vloggers sur YouTube : ouais mec, lâches After-Effects et fais gaffe au son, c’est trop important mec, on en a marre d’avoir l’impression que t’as enregistré ça dans tes toilettes. Vous imaginez le son du sabre laser des chevaliers Jedi remplacé par un bruit de dérapage ? Et en parlant de dérapage, vous ne pensez pas que les courses poursuites à Hollywood seraient bien tristes sans le bruit des pneus qui crissent sur le goudron. Amusez-vous à couper le son pendant une de ces séquences, vous remarquerez que les grosses muscle cars ne doivent pas dépasser les 30 km/h. C’est ça le son, la puissance d’évocation !

D’autant que, pour finir, produire des documents audios c’est, au niveau du cout, l’étape intermédiaire entre le texte et la vidéo. L’idéal pour partager du contenu au plus grand nombre, pour faire vibrer, voyager, accompagner, informer, etc. Veuillez pardonner cet enthousiasme, après tout nous sommes sur le site RADIOmagazine.

Nous avons donc décidé de lancer une série de tutoriels sur ce site, de conseils matériels, bref, de partager avec vous tout ce que l’on a pu apprendre en 20 ans de radio et de toutes les bidouilles qui vont avec. N’hésitez d’ailleurs pas à nous proposer des sujets ou nous poser des questions.

L’objectif ? Faire de vous des champions du son, ouech !